02 mars 2015

Steve Reich: piano phase

 

Piano phase est une pièce pour deux pianos (ou bande magnétique et piano)

écrite en 1967 par Steve Reich. 

En musique, le "phasing" consiste à mettre en parallèle deux motifs musicaux

qui tournent en boucle alors que l'un d'eux se décale petit à petit.

Cette forme vient des expérimentations sur bande magnétique que Steve Reich et Terry Reiley

ont réalisées pour composer.

 

Motif 1:

Piano phase motif 1

   

Motif 2:

Piano phase motif 2

  

Motif 3:  

Piano phase motif 3

 

 

 

Quand les deux voix sont jouées par un seul pianiste, 

c'est déjà plus difficile:

  

 

Alexander Chen a réalisé un visuel qui montre bien les différents motifs de cette pièce

et leur décalage:

  

 

 

Et la chorégraphe Anne Teresa de Keersmaecher a illustré cette forme en danse:

 

 

Pour en savoir plus cliquer ici

 

Posté par Citrouille de FM à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


23 mai 2013

Hommage à Henri Dutilleux

 

Un des plus grands compositeurs contemporains vient de s'éteindre à l'âge de 97 ans

 

 

Posté par Citrouille de FM à 08:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2012

Berio: deux Folk Songs

 

I Wonder As I Wander: 3 versions traditionnelles

suivies de la version arrangée par Berio:

 

 

 

 

  

oOo 

 

Loosin Yelavune version traditionnelle suivie de la version arrangée par Berio:

 

   

 

Posté par Citrouille de FM à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2011

L'à faire du mois de février :

Cyclope(s)

 

Turlututu_Herv__Tullet_histoires_magiques 

 

A petit mois grande affaire, nous dit Mère Castor...

 Et comme il ne faut jamais manquer une occasion de faire un petit cours

de solfège formation musicale, 

j'en profiterai pour parler d'un regard singulier sur la musique:

une perception très particulière du compositeur Olivier Messiaen

qui voit des couleurs lorsqu'il entend des sons....

troisième  œil ???

 

Mais juste avant,  je n'ai pas pu m'empêcher de me souvenir de ce drôle de cyclope

qui portait un regard décapant (sur la musique notamment)

  

Puis, suivront les titres de la désormais traditionnelle Bande-son de l'à faire du mois de février

 

Alors... A vos binocles !!!

  

La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède:

 

 

 

Le troisième œil d'Olivier Messiaen:

 

Olivier Messiaen (1908-1992) était compositeur, organiste, mais aussi ornithologue.

Il a enseigné au conservatoire de Paris et a influencé un grand nombre de compositeurs comme Boulez, Xenakis ou Stockhausen.

Il était atteint de synesthésie. C'est  à dire qu'il voyait des couleurs quand il entendait des sons. Cela a bien sûr considérablement influencé sa manière de composer.

Sur ses partitions, il indiquait les couleurs que lui évoquait sa musique afin que les musiciens prennent en compte ces paramètres dans leur interprétation: 

Exemple des Huit Préludes:

1- La Colombe (Orangé, veiné de violet)

2- Chant d'extase dans un paysage triste (Gris, mauve, bleu de Prusse, pour le début et la fin ; le milieu est diamanté, argenté.)

3- Le Nombre Léger (Orangé, veiné de violet)

4- Instants Défunts (Gris velouté, reflets mauves et verts)

5- Les sons impalpables du rêve (Polymodal, superposant un mode bleu-orange en ostinato et cascades d'accords, à un mode violet pourpre traité en timbre cuivré ; remarquer l'écriture pianistique : triples notes, traits en accords, canon par mouvement contraire, mains croisées, staccatos divers, louré cuivré, effets de pierreries.)

6- Cloches d'angoisse et larmes d'adieu (Les cloches mélangent des quantités de modes ; le houm (résultante grave), et tous les harmoniques supérieurs des cloches, se résolvent en vibrations lumineuses ; l'adieu est pourpre, orangé, violet.)

7- Plainte calme (Gris velouté, reflets mauves et verts)

8- Un reflet dans le vent (La petite tempête qui ouvre et conclut la pièce alterne l'orangé veiné de vert avec quelques taches noires ; le développement central est plus lumineux ; le second thème, très mélodique, enrobé d'arpèges sinueux, est bleu orange pour la première présentation, vert orange pour la deuxième présentation. Couleurs dominantes de toute l'œuvre : violet, orangé, pourpre.)

messiaen 

 

D'autres musiciens célèbres synesthètes:

Duke Ellington, Hélène Grimmaud, Franz Liszt, Jean Sibelius, Thom Yorke (Radiohead), Daphné....

 

La playlist de l'affaire du mois de février:

 

les_cyclopes

 

Ce mois-ci, il est question de cyclopes bien sûr, mais aussi de regards,

de phares (lumière unique...)

et autres œillades....

(tout en visitant bien sûr les différentes réalisations des à-fairés en cliquant

 

 
 

Posté par Citrouille de FM à 22:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 janvier 2011

L'à faire du mois de janvier :

Métamorphose

Métamorphose  pMétamorhose morphoMétase 

 amorphoseMét    mooseMétarph     motaMorphèse...........................

 

billy_brouillard 

( Métamorphose est une très jolie collection des éditions Soleil Productions.)

 

Chère Mère Castor,

Juste avant que ma citrouille ne se transforme en carrosse, ma flûte en rutabaga

et mon crapaud en professeur de solfège,  

voici 6 façons de concevoir la métamorphose en musique, a travers 6 compositeurs différents:

 

La métamorphose par Camille Saint-Saëns (1835-1921)

Ce compositeur a repris le célèbre thème de cancan d'Orphée aux Enferts d'Offenbach pour son Carnaval des Animaux
De la danseuse en frou frous à la lenteur majesteuse de la tortue, la métamorphose est spectaculaire:

 

 

La métamorphose par Maurice Ravel (1875-1937)

Dans Les Entretiens de la Belle et la Bête, extraits de Ma Mère l'Oye,

Maurice Ravel nous relate ce conte avec une grande précision:

Il y a d'un côté la mélodie aérienne de la belle: une valse jouée à la clarinette, et de l'autre la mélodie menaçante de la bête, au contrebasson. Ces thèmes se rapprochent, se heurtent jusqu'à ce que, après maintes discussions, le temps s'arrête d'un coup et la harpe nous joue la métamorphose de la bête en prince, pendant que tout l'orchestre retient son souffle.

Ouf !

Et là...... ô miracle !!!!  le thème de la bête est apaisé, joué au violoncelle puis au violon,

tandis qe celui de la belle est joué à la flûte.

Et ils vécurent heureux......................

 

La métamorphose par Marin Marais (1656-1728):

En musique, il existe une forme très répandue appelée "thème et variations". Le compositeur crée ou cite un thème, puis il invente des variations, toutes différentes, présentant chacune une métamorphose du thème.

En voici un exemple:

 

La métamorphose par Philippe Glass (né en 1937):

Philippe Glas a écris une très belle oeuvre pour piano appelée Metamorphosis que vous pouvez écouter en cliquant sur l'image

 

philippe_glass

 

 

La métamorphose par György Ligeti (né en 1923):

Ligeti est peut-être le compositeur qui procède à la métamorphose la plus singulière en musique:

Dans une composition dite "classique", on peut entendre une mélodie appelée "a", puis une mélodie appelée "b" avec, éventuellement, une petite transition pour passer d'une mélodie à l'autre, chacune étant bien distincte.

Ligeti, quand à lui, va exposer un élément "a", puis va le faire évoluer petit à petit, le faire tourner sur lui même jusqu'à ce qu'il se trouve transformé en élément "b" sans que l'on ne s'en soit rendu compte.

Un jour, Ligeti a découvert les œuvres de Escher, notamment la série "Métamorphoses". Il a reconnu une grande similitude entre les illusions d'optique de ces tableaux et les illusions acoustiques de ses propres compositions.

Metamorphose

Escher: Métamorphoses 2

Clique sur l'image pour écouter Continuum de Ligeti 

 

La métamorphose DE Mozart (1756-1791):

Des compositeurs universels comme Mozart créent de la musique qui voyage à travers le temps, à travers les gens, les styles....

Certains pensent qu'on ne doit pas toucher à une oeuvre, que l'on doit la laisser intacte pour ne pas déformer les propos de l'artiste.

D'autres au contraire, pensent qu'une oeuvre doit vivre, évoluer, et que les transformations que cette oeuvre peut subir, réussies ou non, permettent de la diffuser auprès d'un public encore plus large.

Voici la célèbre "Marche turque" dans sa version purement mozartienne suivie de quelques exemples de métamorphoses:

 

La bande son de l'à faire du mois de janvier:

 

mutatis_mutandis

Forts de ces nouvelles connaissances autour de la métamorphose en musique, vous pourrez écouter entre autres:

Des grands thèmes classiques transformés en chansons,

des musiques de potions

Des formules magiques:

 "abracadabra"  "mutatis mutandis"  "superfragilisticexpialidocious" 

Attention !! Juliette Citrouille décline toute responsabilité en cas de transformation inopinée de castor en cochon...

Les noms d'oiseaux ne sont pas une formule magique, loin s'en faut....

(mes excuses aux petites oreilles...)

Emily Loiseau quand à elle refuse d'embrasser le crapaud. Il est si laid ! 

(on ne sait jamais...)

Contrairement à Crapaudine qui les embrasse tous en espérant trouver celui qui se changera en prince charmant....

(ça se mérite, un prince !)

Sting chante la métamorphose de la nature au travers des saisons....

Et puis on pense à Kafka et à Mister Chat, tout en regardant les différentes réalisations des "A-fairés" par ici.

 

Posté par Citrouille de FM à 01:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 juin 2010

A table !!

 

 

 

Posté par Citrouille de FM à 23:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mai 2010

La musique sérielle

Lors de notre ULTIME cours de théorie ("ouf !!!!!!!" me direz-vous, "déjà ????" vous répondrai-je), nous avons très rapidement évoqué la musique sérielle (voir la fiche "autres modes et échelles" dans votre classeur foutoir de feuilles volantes).

 

Pour ceux qui auraient la curiosité d'aller un peu plus loin, voici quelques éléments complémentaires:

 

Pour un petit résumé, j'ai dégoté un loustic qui va vous expliquer tout cela bien mieux que moi sur son blog.

Pour tout savoir sur la fin du langage tonal, c'est par là.

Pour tout savoir sur la musique sérielle c'est par ici

Et pour écouter des extraits, c'est par là.

schoenberg

Arnold Schönberg (qui n'est pas le grand père de Béatrice)

Merci Djac Baweur !! Il m'a fallu 24 minutes chrono pour écrire cet article (au lieu des 24 heures prévues) !!

Son blog est désormais en bonne place dans les liens (colonne de droite), catégorie "pour apprendre"

Posté par Citrouille de FM à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 novembre 2009

Lo fiolaire (la fileuse)

folks_songs

 

Voici quelques versions de ce thème populaire auvergnat. C'est la

comparaison

entre tous ces arrangements très différents les uns des autres qui est intéressante.

  

Version contemporaine

La version de Luciano Berio est celle de votre livre. (Elle faisait partie de la liste des œuvres pour l'option musique du bac en 2002):

Luciano Berio est un compositeur italien, né en 1925 et mort en 2003. Voici ce qu'il disait en parlant de l'harmonisation de thèmes populaires:

"J’ai toujours éprouvé un profond malaise en écoutant des chansons populaires (c’est-à-dire des expressions populaires spontanées) accompagnées au piano. C’est pour cette raison, mais aussi et surtout pour rendre hommage à l’intelligence vocale de Cathy Berberian qu’en 1964, j’ai écrit Folk Songs pour voix et sept instruments. Il s’agit essentiellement d’une anthologie de onze chansons populaires (ou prétendues telles) de différentes origines (États-Unis, Arménie, Provence, Sicile, Sardaigne, etc.), découvertes en écoutant de vieux disques, dans des anthologies imprimées, ou recueillies de vive voix par des amis. Je leur ai naturellement donné une interprétation métrique et harmonique: en se sens, on peut dire que je les ai «recomposées». Mon discours instrumental revêt une fonction très précise: suggérer et commenter ce que j’ai perçu comme les racines expressives –c’est-à-dire culturelles– de chaque chanson. Ces «racines» ne nous renvoient pas seulement aux origines et à l’histoire de chaque chanson, mais aussi à l’histoire de l’utilisation que nous pouvons en faire aujourd’hui, quand nous ne voulons pas en détruire ou en manipuler le sens."

 

Pour écouter la version harmonisée par Luciano Berio et chantée par Cathy Berberian, c'est par là.

 

Ecoutez bien l'aspect contemporain et les dissonances que Bério apporte dans son accompagnement qui contrastent avec l'aspect folklorique de la mélodie

 

Pour les plus courageux, un petit cours d'analyse sur les Folk Songs...

 

Cathy Berberian, grande chanteuse et épouse de Berio, a enregistré quelques titres des Beatles (à peu près à la même époque que les Folks Songs) pour les faire découvrir à un public dont ce n'était pas la tasse de thé...

C'est ici et c'est étonnant.

 

Entre 1958 et 2002, Berio a écrit 14 pièces pour instrument seul. Appelées Sequenza, elles sont extrêmement difficiles et explorent tout ce que l'on peut faire avec l'instrument.

Voici la Sequenza III pour voix de femme par Cathy Berberian.

étrange, non ??????

 

Mais vous pouvez aussi jeter une oreille intriguée sur la Sequenza de votre instrument...:

Sequenza pour flûte                                                                           piano 

trombone           accordéon                violon                  guitare 

clarinette                        saxophone alto (qui est une variation de la Sequenza pour clarinette) 

et trompette (cette pièce se joue le pavillon dirigé dans la caisse de résonance d'un piano).

(il est parfois bon d'écouter des musiques qui nous dérangent un peu...)

 

luciano-berio-cathy-berberian

 

Luciano Berio et Cathy Berberian

 

Version jazz:

Pour écouter la magnifique version jazz de Michel Portal et Susanne Abbuehl, inspirée de celle de Berio, c'est ici.

 

Version post-romantique:

Compositeur et musicologue Joseph Canteloube (1879-1957) a beaucoup travaillé sur les musiques populaires françaises, en les recueillant et les harmonisant. Le recueil des Chants d'Auvergne est l'œuvre la plus importante de ce compositeur.

 

Il était régionaliste et il a même rejoint Pétain et le régime de Vichy pendant la seconde guerre mondiale.

(Nous devons cependant toujours faire la distinction entre le parcours de l'homme et le parcours du compositeur ou de l'artiste; considérer l'œuvre sans pour autant adhérer systématiquement aux actes ou aux idées de ceux qui les ont produites.)

 

Voici ce que dit Canteloube en parlant de l'harmonisation des mélodies populaires:

Si le paysan chante sans accompagnement, ce n’est pas une raison suffisante pour l’imiter. Quand le paysan chante au labour, aux moissons, il y a autour de son chant tout un accompagnement que, précisément, ne “sentent” pas ceux qui veulent rester “scientifiques”. Cet accompagnement n’est entendu que des artistes et des poètes, et encore hélas ! pas de tous. C’est la nature, c’est la terre qui le constituent, et le chant paysan ne peut en être séparé…”.

Pour écouter cette version arrangée par Joseph Canteloube, c'est ici.

 

Version folklorique:

Cette version n'a pas d'accompagnement (juste une introduction instrumentale), pas de vibrato dans la voix. Son aspect est beaucoup plus brut. Ce n'est pas la chanteuse lyrique que nous écoutons ici, mais celui qui travaille la terre.

Pour l'écouter c'est par là.